« Dis moi qui sont tes parents, je te dirai qui tu es! »

En ce début de mois de mai, j’invite chacun et chacune à regarder ses propres parents, père et mère. Je ne voudrais pas faire de « psychologie à deux balles » comme on dit, mais je suis convaincu que nous sommes tous façonnés et structurés comme personne, homme ou femme, par reproduction, imitation, mimétisme ou alors par rejet, répulsion des parents, père et mère que nous avons eus, ou que nous n’avons pas eus.
Ce mois a commencé par la fête du travail, en contemplant saint Joseph le charpentier. C’est à saint Joseph, le charpentier que l’enfant Jésus adressa les premiers mot « abba » (papa) avant qu’il appelle son Père par la même appellation, et qu’il nous invite à en faire autant nous aussi. Grâce à ce charpentier de Nazareth, Jésus va apprendre à se structurer comme homme ; il apprend de lui son métier à tel point qu’on l’appelle « le Fils du charpentier », voire même, à devenir lui-même un charpentier. Ce travail, cet amour pour le travail n’aurait pas été possible si saint Joseph ne l’avait transmis à Jésus. Dans ce sens, saint Joseph a permis au Fils de Dieu de se structurer comme homme, comme travailleur, inculturé dans sa tradition et ses racines juives.
Mais, en ce mois de mai, nous contemplons aussi Marie! On dit « mois de mai, mois de Marie ». C’est la Mère de Jésus, Mère de Dieu. Nous savons tous combien la maman est importante dans la vie d’un enfant. Elle transmet la vie et tout ce qui permet à celle-ci de se déployer et de s’épanouir. Marie a certainement transmis à Jésus sa tendresse, sa douceur, son amour de la prière… tel que nous le contemplons dans le ministère public de Jésus. Si manquer de père est un grand malheur, manquer de mère est un malheur plus grand encore. Je sais de quoi je parle en ce sens !
Alors, en ce mois de mai, regardons notre vie, comment nous sommes faits, comme homme, comme femme, et rappelons-nous que nous le devons en grande partie à nos parents, père et mère, auxquels Dieu nous a confiés, Comme Jésus à Marie et saint Joseph. En ce mois de mai, prions pour nos parents, vivant encore ou déjà auprès de Dieu. Rendons grâce pour les merveilles que nous sommes grâce à eux… ou alors, demandons la guérison pour les blessures que nous avons, et qui proviennent aussi, en partie, de ce qu’ils nous ont transmis. Dieu peut nous en guérir. Merci à papa, qui m’a montré le Père, et merci maman, car grâce à toi, j’ai découvert petit à petit, la Mère du Ciel

2019-05-06T12:59:18+01:00