La vie éternelle, une lumière qui éclaire nos pas, la conférence de carême de père Cazanave

« La mort, chemin de vie ? La vie éternelle, lumière pour notre vie terrestre », tel était le sujet de la catéchèse-conférence donnée en l’église de Pechbonnieu, le 4 avril dernier par l’abbé Emmanuel Cazanave, théologien et enseignant à l’Institut Catholique de Toulouse. Voici une trace de cet événement que nous offre Marie-Madeleine de Beler, fidèle de notre ensemble paroissial Aucamville-Saint-Loup Cammas.

Jésus nous parle de la Vie Éternelle qu’il nous faut chercher dès aujourd’hui. « Je suis le chemin la vérité et la vie » : le bonheur du ciel sera bien plus grand que les bonheurs sur terre. Étant créés à l’image de Dieu, nous devons passer à sa ressemblance. L’être humain est fait pour monter vers Dieu, selon Dieu, avec Dieu et par Dieu. Nous sommes faits pour être unis à Dieu, dans la Vie Éternelle, à condition d’avoir écouté ce qu’il veut réaliser en nous.

Le péché consiste à s’écouter soi-même, en se prenant pour Dieu. Ce serait se tromper de cible ! « Celui qui n’a pas Dieu pour maître a soi-même pour tyran » écrivait le Pape Pie X. Abraham, le père des croyants, obéit au Seigneur en lui demandant d’aller « vers une terre que Lui seul connaît ». Le bonheur de la Vie Éternelle dépend de notre « oui », selon nos mérites et par pure grâce divine. Ce mot est relié à la marche, qui est la parabole de notre vie. Sur terre, nous devons faire comme si tout dépendait de nous et en même temps nous devons laisser la volonté de Dieu s’accomplir en nous. La Foi, c’est de posséder déjà les réalités à venir, en passant de l’image à la ressemblance.

Le bilan définitif : c’est l’enfer, le purgatoire et le ciel !

En enfer, il n’y a que des volontaires. Le damné s’exclut lui-même, en se heurtant au mur qu’il s’est fabriqué en refusant Dieu.

Le purgatoire est un temps passager ou nous devons encore nous ajuster à Dieu en passant par différentes étapes de purification.

La Vie Éternelle, ce sont les Béatitudes. Nous deviendrons semblables à lui rien qu’en le voyant !

Avec Saint Augustin : « Voici, je viens »

Tout homme qui a la foi est un ressuscité ; et si nous sommes attentifs nous comprendrons qu’il y a des morts plus affreuses que celle de Lazare : tout homme qui pèche meurt. La mort corporelle, tout homme la craint ; mais il en est peu qui craignent la mort de l’âme. Ah, si nous pouvions réveiller les hommes de leur apathie et nous réveiller avec eux pour aimer la vie éternelle avec autant d’ardeur qu’ils aiment cette vie fugitive !

2019-04-14T08:25:30+01:00